pochette-l-indifference-Amandine-Mayade.jpg

Amandine Mayade

/

website
  • Amandine Mayade Facebook
  • Amandine Mayade Instagram
  • Amandine Mayade YouTube

Bercée par la musique depuis toute petite grâce à ses parents qui, eux-mêmes, chantaient dans une chorale, Amandine a commencé à étudier le piano et le solfège à l’âge de 6 ans, et ce jusqu’à ses 18 ans.

Pendant une longue période elle a joué exclusivement du classique, jusqu’à ce qu’elle ait l’opportunité de suivre un stage lui permettant de se former à l’accompagnement piano. Également chanteuse dans une chorale pour adolescents, Amandine a toujours rêvé de pouvoir chanter et s’accompagner au piano en même temps.

C’est pourquoi à 16 ans elle s’est décidée à prendre des cours de chant, qu’elle suivra pendant 2 ans. A cette époque-là, Amandine écoutait énormément de variété française plus ou moins récente, comme Jean-Jacques Goldman, Céline Dion… C’est à cette période qu’elle a rencontré Philippe et qu’ils ont collaboré sur la chanson L’indifférence, un titre dont les paroles et la mélodie l’ont touchée instantanément. Le style de cette chanson correspondait parfaitement à ce qu’Amandine écoutait à ce moment-là : les chanteuses Piano-Voix comme Jeanne Cherhal et Linda Lemay, dont elle s’inspirait pour certaines de ses propres compositions musicales.

A 19 ans, après avoir quitté le cocon familial pour poursuivre ses études de Mathématiques à Lyon, elle a décidé de s’inscrire à L’Ecole Nationale de Musique de Lyon pour approfondir le travail amorcé sur le chant et l’interprétation.

 

Après avoir obtenu son diplôme d’enseignante en Mathématiques, Amandine est montée sur Paris pour exercer, mais sans renoncer à son amour pour la musique. Elle a ainsi accompagné au piano les élèves de la chorale de son collège au spectacle de fin d’année. La musique n’était qu’un simple passe-temps mais demeurait toujours présente. Elle a ensuite participé pendant trois ans à des cours de comédie musicale et a suivi un stage de chant, danse et théâtre à l’AICOM (Académie Internationale de Comédie Musicale).

Depuis 3 ans maintenant, Amandine est revenue vivre dans le sud de la France avec son mari et ses 3 enfants. Elle enseigne toujours les Mathématiques et continue de pratiquer le piano pendant son temps libre, et à collaborer avec d’autres artistes chaque fois que l’occasion se présente.

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom

Philippe Couderc

A priori, rien ne prédestinait Philippe au monde de la musique. A part une grand-mère professeur de piano qu’il ne voyait que rarement, personne ne pratiquait un instrument au sein de l’environnement familial. Néanmoins à la maison, la musique était omniprésente : à la radio, sur le tourne-disque et la chaîne hi-fi, il y avait toujours une chanson qui tournait en fond.

C’est ainsi que sans s’en rendre compte, Philippe est baigné dès son plus jeune âge dans l’univers musical de ses parents : les Beatles, Ray Charles, James Brown et la variété française des années 80, sans oublier les grands classiques comme Edith Piaf ou Jacques Brel. Mais c’est surtout sa sœur – de 7 ans son aînée – qui va contribuer à son éveil musical : l’avantage lorsqu’on est le cadet, c’est qu’on vous fait écouter des chansons d’adolescent alors que vous n’êtes encore qu’un enfant.

D’autant plus que les années 80 sont le théâtre d’un véritable chamboulement musical : avec l’arrivée des sons électroniques et du « synthé », on peut franchement dire que « ça part dans tous les sens » : tous les artistes y vont de leur expérimentation, leur style et leur excentricité… A l’âge où d’autres écoutent encore des comptines pour enfant, Philippe, lui, découvre grâce à sa grande sœur Madonna, Michael Jackson, Elton John, Culture Club, Wham, The Cure, Art of Noise, Simple Minds… et côté francophone ceux qui deviendront des monuments nationaux comme Renaud et Jean-Jacques Goldman. C’est ce dernier qui marquera le plus Philippe du côté des artistes français, de par la qualité de la mélodie et des textes. Côté anglosaxon, ce sont Michael Jackson et The Police qui retiennent toute son attention.

 

A l’âge de 14 ans, un ami lui fait découvrir la guitare. Lorsque Philippe frappe sa première corde, c’est le coup de foudre instantané. Il reprend alors la guitare abandonnée par sa sœur quelques années plus tôt et commence à apprendre en autodidacte, grâce à un célèbre petit livre rouge bien connu à l’époque. Après 6 mois, il commence à composer ses premières chansons. Puis son cousin lui offre un disque qui sera déterminant pour la suite de son apprentissage : Dire Straits On the Night. Philippe connaît alors sa seconde révélation : voilà comment il veut arriver à jouer. Il s’enferme alors dans sa chambre et passe tout son temps libre sur sa guitare : entre 2 et 4 heures par jour pendant la semaine, et du matin au soir les week-ends. Il continue en parallèle à composer, mais n’ayant aucun matériel il n’enregistre rien. Il note les tablatures sur ses textes, en espérant pouvoir s’en rappeler plus tard…

 

Quelques années plus tard il se consacre à ses études supérieures, et le temps lui manque pour composer. Expatrié en Angleterre et son diplôme anglais de professeur de Français obtenu, il dépense une bonne partie de ses premiers salaires dans l’acquisition d’un ordinateur pour enregistrer, puis d’un synthé et de la guitare de ses rêves, une Gibson Les Paul. Tout s’emballe alors : il a tout ce qu’il faut pour enregistrer ses idées et va y consacrer tout son temps libre.

 

En 2003 un premier album naît sous le nom de Jouer. Puis Philippe rentre en France. Quelques mois plus tard, il adhère à l’association Planète Bleue qui propose des cours de chant et offre la possibilité aux artistes de se produire en public. Il y fera la rencontre d’Amandine Mayade. Sa voix et son interprétation lui inspireront la chanson L’indifférence, qu’il écrit et compose en une soirée. Quelques jours plus tard ils enregistrent la chanson ainsi qu’une composition d’Amandine Emmène-moi. Philippe écrira une deuxième balade pour elle, Ma prière, qu’ils enregistreront également. L’indifférence paraît dans le deuxième album Calme et Tempête (2005).

C’est alors au tour d’Amandine de partir pour se consacrer à ses études supérieures, ce qui met un terme à leur collaboration. Philippe poursuit l’écriture et la composition, et réalise un troisième album solo intitulé Plus Loin en 2007.

 

En 2009 sortira le quatrième album Tout simplement, composé et interprété en partenariat avec Jérémy Dalary, un ami de longue date avec qui il partage les mêmes influences musicales. Après plusieurs années vouées à sa passion, Philippe met temporairement de côté l’écriture et la composition.

En 2020 il rencontre Guillaume Berthier, qui découvre la chanson L’indifférence. Conquis par le titre, Guillaume lui propose de le remixer afin de lui apporter une qualité professionnelle. Une fois le mixage finalisé, Guillaume propose L’indifférence à Summits Records, qui souhaite faire connaître le titre au grand public et en assurer la promotion.

releases

Amandine Mayade - L indifference 600x600.jpg